La Clinique Rhône-Durance se dote du laser Holep, une technologie de pointe visant à traiter l’adénome de la prostate.

Petite à la naissance, la prostate se développe jusqu’à la puberté. Son volume se stabilise à l’âge adulte, mais tend à augmenter de nouveau à partir de 40 ans. On parle alors d’adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Elle obstrue la lumière de l’urètre prostatique, gênant ainsi l’évacuation de l’urine. En France, près de 2,5 millions d’hommes âgés de 50 à 70 ans présentent des troubles urinaires dus à un adénome de la prostate. Chaque année, ce sont plus de 70 000 hommes qui se font opérer.

Depuis juillet 2017, le Dr Julien Le Nobin, urologue, opère les adénomes de la prostate à l’aide du laser HoLEP (Holmium Laser Enucleation of the Prostate). Ce puissant laser Holmium permet l’énucléation de l’adénome sans avoir recours à la chirurgie classique par voie ouverte. En clair, le chirurgien peut retirer l’adénome en un seul bloc par voie endoscopique. L’investissement de cette technologie constitue une avancée majeure, couronnant des centaines d’heures de formation par le chirurgien, sous la supervision d’un proctor, pour maîtriser le geste opératoire.

Les avantages du laser HoLEP sont considérables. Cette technique coagule instantanément les vaisseaux en limitant le risque de saignements pendant et après l’intervention. Elle permet donc de traiter avec un faible risque hémorragique les patients prenant des anticoagulants ou des antiagrégants comme les dérivés de l’aspirine. La diminution du saignement permet également une hospitalisation plus courte, d’une journée environ contre 4 à 5 jours pour la chirurgie endoscopique classique et 9 à 10 jours pour la chirurgie par voie ouverte. De plus, contrairement à d’autres techniques, le laser HoLEP convient à tous les patients, quelle que soit la taille de leur prostate.

Par ailleurs, l’utilisation de sérum physiologique comme liquide d’irrigation, pendant l’intervention, n’entraîne aucun risque pour le patient en cas de réabsorption contrairement au liquide utilisé dans la résection traditionnelle.

L’intervention chirurgicale

Cette intervention se fait au bloc opératoire sous anesthésie générale ou loco-régionale. L’utilisation d’un écran vidéo de contrôle à travers l’urètre permet de visualiser les tissus obstruant la prostate, qui seront éliminés. La durée de l’intervention varie entre 40 minutes et 2h, selon la taille de la prostate. Le processus se termine par la mise en place temporaire d’une sonde et d’un lavage salin continu. Ils seront supprimés dans les 24 heures. La reprise d’activité peut s’envisager sous 24 à 48 heures. « Six semaines après l’opération, une consultation est planifiée avec l’urologue, permettant de contrôler l’évolution des symptômes mictionnels », explique le Dr Le Nobin. Grâce à cette technique moderne, le taux de repousse d’adénome est très faible (inférieur à 2 %).

L’acquisition de ce matériel révolutionnaire pour le traitement de l’adénome de la prostate et des troubles urinaires est un véritable progrès pour l’offre de soins du Vaucluse.

Le Dr Le Nobin est actuellement le premier urologue de la Clinique Rhône-Durance à utiliser cette technologie pour traiter l’adénome de la prostate. D’autres confrères de l’équipe d’urologie sont intéressés ou en cours de formation, afin de proposer largement cette technologie d’avenir au plus grand nombre de leurs patients.

Les urologues de la Clinique Rhône-Durance innovent

L’équipe des urologues de la Clinique s’est renforcée avec l’arrivée des Drs Clément et Le Nobin, et a obtenu l’acquisition en juillet 2017 d’une colonne de coelioscopie 3D, qui s’apparente en termes de qualité visuelle à la chirurgie robotique et permet une vision de la partie à opérer en relief. Elle permet de pratiquer un très grand nombre de chirurgies urologiques de l’abdomen et du pelvis. L’acquisition de cette colonne 3D s’inscrit dans les valeurs d’innovation, de qualité des soins et de service rendu au patient, que sont celles du service d’urologie de la Clinique Rhône-Durance.